"Vert" et "désert" sont deux mots qui généralement ne vont pas ensemble, mais dans le cas de la production de soja moderne, rien ne décrit mieux ce qui s'étend devant nos yeux. Imaginez des champs infinis de monoculture avec pratiquement rien d'autre qu'une seule espèce de plante, où les animaux et les insectes n'existent presque pas.

Au cours des dernières décennies, de vastes étendues de forêts, les prairies et la savane ont été convertis à la monoculture du soja. La superficie des terres en Amérique du Sud consacrée au soja a augmenté de 17 millions d'hectares en 1990 à 46 millions d'hectares en 2010, principalement sur des terres converties à partir des écosystèmes naturels. Cette augmentation de la production est obtenue à un prix très élevé, certains des forêts, des savanes et des prairies les plus riches en biodiversité sont menacées (l'Amazonie, le Cerrado, la forêt atlantique, le Gran Chaco, le Chiquitano)

Le soja est produit sur le sol extrêmement fertile créé par les forêts au cours de millions d'années. Sans la protection de la forêt les nutriments sont extrêmement vite balayés par la pluie. L'industrie se fait un énorme profit à court terme et quand finalement le sol devient improductif pour la culture, les agriculteurs avancent plus profondément dans la forêt dans des nouvelles zones. La biodiversité diminue rapidement et cette déforestation massive est une des principales causes du changement climatique.

Quels sont les moteurs de cette énorme production de soja?

Évidemment, cette augmentation est liée à la demande d'une augmentation des consommateurs. Dans les 50 dernières années, la production de soja est passée de 27 à 269 millions de tonnes. Quand nous entendons "soja", la plupart d'entre nous pensent à la sauce de soja, le tofu ou le lait de soja. Alors, est-ce le nombre croissant de végétariens et végétaliens derrière tout cela? En fait, seulement 6% de graines de soja sont consommés directement par les humains, principalement dans les pays asiatiques. Le reste du soja est destiné pour l'élevage de bétail. Une petite partie est utilisée pour la production de carburant.

Comment peux tu aider ?

Meilleures pratiques agricoles et certains règlements plus sévères sont déjà en place, mais avec la population et la demande croissante des consommateurs jamais nous ne pourrions espérer nourrir le monde sur le régime alimentaire "occidental" pendant très longtemps. En fait, aujourd'hui encore, des milliers de personnes meurent de faim chaque jour, alors que nous pouvons déjà produire suffisamment de nourriture pour 11 milliards de personnes. Le problème est que nous donnons toute cette nourriture aux nos animaux d'élevage, et cette industrie est toujours en pleine expansion.

Lorsque vous faites le choix conscient de manger moins ou pas du tout de produits d'origine animale vous avez un impact encore plus grand que de simplement polluer moins et perdre moins de ressources. Les choix que nous faisons dans nos vies quotidiennes influent directement les gens autour de nous. Par exemple, lorsque vous décidez de cuisiner un plat délicieux sans viande pour votre famille ou vos amis, vous diffusez le message d'une façon très efficace. Beaucoup de gens ne se sentent pas capables d'abandonner la viande, car ils ne savent pas cuisiner des plats végétariens ou ne croient pas qu'ils vont les aimer. Notre exemple personnel peut sembler trivial, mais ce sont les petits changements dans nos habitudes qui finissent par influencer la culture à grande échelle. L'avenir de l'ensemble de la biosphère dépend de notre capacité d'adaptation et ce changement culturel ne peut commencer qu'à un niveau personnel.

par Aleks Evtimov